Les dégâts de l’hiver


Earthship, Non classé / mercredi, juin 10th, 2020

J’ai laissé le chantier bien emballé fin octobre, mais j’ai reçu des mauvaises nouvelles par les voisins fin novembre, après une semaine de pluie dantesque. Une partie des murs était tombée …

L' »enquête » a montré que la cause a été multifactorielle:

  • La butte de terre qui entourera la maison n’avait pas encore était repoussée contre les murs, car je n’avais pas encore mis l’isolant sur toute la hauteur des murs.
  • Il a plu de façon dantesque pendant une semaine (fin novembre 2019), causant une montée du niveau d’eau dans le trou de la maison.
  • L’isolant placé en dessous des murs porteurs, du verre cellulaire (des cailloux de popcorn de verre, très légers), s’est mis à flotter dans cette eau qui montait, désagrégeant une partie  du bloc d’isolant posé en dessous des murs. Les murs se sont retrouvés déséquilibrés.
  • La dalle qui occupera le plancher de la maison n’avait pas encore été coulée, ce qui aurait empêché l’isolant en dessous des murs de quitter son logement.

Le bilan, c’est le chaînage brisé, et tombé sur les 3/2, et une partie des pneus en dessous s’est également effondrée. Un mur et son chaînage sont toujours d’applomb et ne nécessiteront que d’être reliés au chaînage et aux pneus qui vont être re posés.

La bonne nouvelle, c’est que c’est principalement dû à l’état transitoire du chantier, et que ca ne se serait pas produit sur la maison terminée. L’eau n’aurait pas pu s’accumuler autant (grâce au toit), l’isolant n’aurait pas pu bouger de son emplacement, les murs n’auraient pas pu s’effondrer. Bref, c’est le métier qui rentre…

Le programme initial d’entamer la charpente au printemps a donc été plus que compromis. Le programme bis de pouvoir dégager les dégâts au début du printemps pour pouvoir reconstruire ce qui est tombé à partir des beaux jours a été compromis par le confinement…

A présent, j’ai pu briser la partie en béton armée du chaînage effondré au marteau piqueur, pour en faire des morceaux déplaçables par un engin. Les parpaings encore corrects ont été mis de côtés pour un usage ultérieur. Un petit bulldozer (Bobcat) doit venir cette fin de semaine dégager tout ça pour pouvoir enfin reprendre la contruction de ce qui s’est effondré.

 

Une réponse à « Les dégâts de l’hiver »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.